Cet article a été lu 519 fois.

discobole1

Le sport à l’Antiquité est considéré comme l’époque qui ressemble le plus au sport contemporain avec une multitude de similitudes. Tout d’abord, c’est la première fois que l’on découvre des compétitions pour savoir qui est le meilleur entre hommes (la plupart étaient légionnaires ou de haut rang), avec la naissance des Jeux olympiques, avec des sports qui sont encore utilisés aujourd’hui comme la lutte, l’athlétisme ou encore les premières traces de balles. Ce développement du sport s’est fait en grande partie sous l’Empire Romain (-27 / 476 B.P ) avec la construction de stades. Le sport avait comme enjeu de divertir, ce qui est toujours le cas actuellement et la foule était considérable. Pour exemple, le stade de France peut accueillir 80 000 personnes alors que le Circus Maximus pouvait accueillir 250 000 à 300 000 places ! La popularité de ce stade s’est faite sous l’empereur Jules César qui, régulièrement, se rendait sur place afin d’assister aux courses de chars ainsi qu’aux numéros de cirque. De plus, la population romaine était déjà une très grande supportrice puisque dans les stades, on acclamait la couleur de notre choix pour l’encourager à gagner, mais avec Dioclès qui résonnait dans le stade…

Dioclès, un conquérant !
index

Dioclès n’a, certes, vécu que 42 ans (durant le IIe siècle), mais cela n’a pas empêché sa suprématie. À ses dix-huit ans, il commence sa carrière d’aurige, mais en ayant concouru dans trois équipes différentes (blancs, verts et rouges). En vingt-deux années de victoires, il a gagné 1462 courses, finit 861 fois second sur 4 257 courses. De plus, son cheval, Pomeanus, aurait remporté 200 victoires lui aussi. Certes, ce n’est pas le plus grand nombre de victoires (Musclosus en avait remporté 3 599), mais c’est le sportif le mieux payé de tous les temps avec un total de 35 millions de sesterces, soit onze milliards d’euros. À titre de comparaison, il aurait pu fournir la population romaine en blé pendant un an. De plus, à lui tout seul, il vaut cinquante Neymar, ou 22 000 Lamborghini ou bien encore quinze millions d’IPhone 7 +. Cette richesse importante a même permis de détrôner la richesse de l’empereur actuel : Néron.

Conclusion :

La population s’intéresse de plus en plus au sport, en créant des stades ou en créant les Jeux olympiques. C’est cette époque qui ressemble le plus au sport contemporain du XX et XXIe siècle de part la variété des sports, l’engouement des compétitions et la volonté de supporter une équipe.