Cet article a été lu 3260 fois.

Dans cette interview, nous parlerons d’un joueur nouvellement arrivé aux Ducs d’Angers, en provenance d’Épinal, en la personne de Danick Bouchard. L’ancien Spinalien est revenu sur son passé de joueur, sur ses origines dans le hockey sur glace et sur son début saison avec le club angevin.

Danick BOUCHARD sous les couleurs des Ducs d’Angers (Crédit photo : Guillaume MUNIN).

Présentation :

Quels sont vos modèles dans le hockey sur glace, que cela soit dans le passé ou actuellement et pourquoi ?

« Comme presque tous les joueurs de hockey, mon premier modèle au hockey a été mon père, qui m’a initié à l’âge de quatre ans sur les glaces extérieures de Montréal ! Sinon durant mon parcours, Martin SAINT-LOUIS (NHL) a été une source d’inspiration pour moi, dû à sa passion pour le hockey, à sa ténacité sur la glace et à sa détermination à atteindre ses objectifs. Son parcours a été rempli d’obstacles et il n’a jamais reculé devant rien. »

Martin SAINT-LOUIS a pris sa retraite de joueur, en 2015, avec les New York Rangers (Crédit photo : Scott Levy/NHLI via Getty Images).

Parmi le ou les coach(s), quels sont ceux qui vous ont le plus marqués et pourquoi ?

Eric VEILLEUX ancien coach de Danick BOUCHARD et actuel coach de San Antonio Rampage (AHL) (Crédit photo : Le Drakkar chl).

« Deux coachs m’ont beaucoup marqué positivement, le premier est Eric Veilleux, je l’ai eu lors de deux saisons juniors au Québec et il m’a donné beaucoup de confiance en mes capacités. C’est une très bonne personne avant tout et je suis très content pour lui aujourd’hui, car il est le coach en chef en AHL (deuxième niveau américain).

Richard MARTEL, ancien coach de Grenoble et actuel coach de Jonquière Marquis (NHL) (crédit photo : PHOTO COURTOISIE).

« Ensuite, je citerais un entraîneur qui est très connu en France, en la personne de Richard Martel. Peu importe ce qui s’est passé à Grenoble, en fin de saison, il y a quelques années, pour moi Richard est une personne extrêmement passionnée et honnête. Il est fidèle à lui-même et il transmet énormément de « gnac » à son équipe. Ce fut une année difficile pour moi, beaucoup de blessures, mais j’ai appris avec lui et j’ai beaucoup de respect envers ce coach. »

Parmi les joueurs qui ont évolué avec vous, le ou lesquels vous ont le plus marqués et pourquoi ?

« Le joueur qui m’a le plus marqué avec qui j’ai joué, c’est Joël Ward qui joue en ce moment à San José en NHL. J’ai joué à ses côtés pendant le temps d’un camp d’entraînement en AHL à Houston en 2007. Il m’a marqué par son tempérament hors glace, j’ai vraiment apprécié cette personne avec qui j’ai partagé quelques Burritos les midis ! Vraiment, c’est un bon gars qui a pris soin des jeunes recrues à l’époque. Cette mentalité m’a suivi tout au long de mon parcours et je tente d’en faire autant avec les plus jeunes aujourd’hui. »

Quels sont vos points forts et vos points faibles dans le jeu ?

« Concernant mes points forts, je dirais ma vitesse, ma force physique dans les coins et mon lancé. Concernant mes points faibles, je dirais que j’ai un jeu un peu risqué avec le puck, ce qui provoque quelques revirements à l’occasion. Mais qui ne risque rien n’a rien, c’est pareil dans la vie de tous les jours ! »

Pourquoi avoir choisi le numéro 83 sur votre maillot de joueur ?

« J’ai toujours joué avec le numéro 27, lorsque j’étais jeune, car mon père le portait. Arrivé en juniors majeurs, le 27 était retiré, car il avait été porté par un grand joueur, en la personne de Stéphane Lebeau. J’ai donc opté pour un numéro que personne n’avait et que j’aimais esthétiquement ! Donc, il n’y a véritablement aucune raison dans ce choix de numéro de maillot. »

Quels sont vos meilleurs et vos pires moments dans votre carrière sportive ?

« Mes meilleurs moments sont ceux auxquels je pense quand cela va moins bien. Ma première pensée serait lorsque j’étais jeune et que le hockey n’était qu’un jeu, j’arrivais de l’école en hiver, je me dépêchais de faire mes devoirs pour ensuite aller jouer à la patinoire extérieure avec mes amis. On jouait parfois à une trentaine de joueurs, quinze contre quinze, sur la même glace !

Mon pire souvenir a été à l’âge de vingt et un ans, lors ma première saison professionnelle au Texas, où j’avais effectué un excellent début de saison. Les discussions allaient de l’avant avec l’organisation du Wild du Minnesota et un 22 décembre, une mauvaise mise en échec a fait en sorte que je me retrouve à passer les vacances de Noël à l’hôpital. Je me suis cassé l’os du fémur en deux et cela m’a tenu à l’écart pour le reste de la saison. Les trois années suivantes ont été un mélange de douleur, de faiblesse musculaire et de découragement par moments… c’est à partir de ce moment-là, que mon choix de venir en Europe à commencer à germer dans mon esprit. Par rapport à la ligue américaine avec ses 72 matchs, il y en a moins en Europe comparativement, avec ses 44 matchs ! »

Suivez-vous la NHL et quel joueur ancien et/ou récent vous a marqué le plus et pourquoi ?

« Oui, je suis la NHL, je regarde des matchs parfois et les highlights, le matin. Comme j’ai dit plus tôt, Martin Saint-Louis m’a marqué durant ma jeunesse, mais aujourd’hui, je crois que regarder un joueur comme Connor Mcdavid qui patine aussi vite qu’il manie le puck est tout aussi impressionnant. »

Qu’est-ce que le hockey projection et quel est son but ?

« Le Hockey Projection, c’est une compagnie que j’ai créée avec mon meilleur chum (ami). On voulait aider tous les joueurs de hockey, de tous niveaux, en démocratisant le hockey et tous les services qui tournent autour de cela. On a donc créé une application web, où le joueur a accès à son profil personnel, qui lui offre une structure de développement à tous les niveaux, pour atteindre son plein potentiel. Nous nous sommes arrêtés sur sept sphères de développement : Préparation physique, Nutrition, Santé et Réadaptation, Préparation mentale, Power Skating, Skills (maniement) et Accompagnement scolaire. Dans chacune de ces sphères, le jeune a accès à des programmes, des exercices ou du contenu pour se développer comme un professionnel ! »

Cliquez sur l’image pour aller sur l’application

14448924_333021297046288_152522187917089079_n

Cette saison :

Avez-vous eu des opportunités pour aller jouer dans des clubs étrangers ? Et, si oui, pour quelles raisons n’avez-vous pas tenté l’aventure ?

« Depuis que je suis en France, je n’ai pas eu trop d’opportunités pour aller jouer où je voulais (Allemagne, Suisse, Autriche). J’ai essayé, mais j’ai eu plus ou moins d’offres envisageables. Je pense que la France n’est encore pas jugée à sa juste valeur, donc peu importe les saisons que j’y faisais, j’espère que mes performances n’y seront pas négligées. »

Pour quelle raison avez-vous décidé de rejoindre le club des Ducs d’Angers et pour combien de saisons ?

« J’avais signé à Dijon, cet été, mais comme tout le monde a vu, beaucoup de gens ont été dupés et se sont retrouvés sans rien au mois de juillet. Je m’en suis très bien sorti avec Angers, qui est une belle organisation avec laquelle je me sens très bien pour le moment. En juillet, lorsque j’ai appris la nouvelle pour Dijon, j’ai contacté monsieur Juret (président des Ducs d’Angers) et Simon Lacroix (Manager Général des Ducs d’Angers) et trois jours plus tard, j’ai signé avec les Ducs d’Angers. Je suis à Angers jusqu’à la fin de la saison, pour le moment. »

Vous êtes l’un des joueurs clés du début de saison, quel est votre avis sur ce début de saison, avec les Ducs d’Angers ?

« Le début de saison est très décevant et en dessous des attentes fixées par le club. En ce moment, on vit une bonne petite période, depuis deux ou trois semaines. Pour moi, la saison est loin d’être rattrapée, on a tellement laissé échapper de points derrière nous, qu’on ne doit pas être satisfait de nos quelques bonnes performances et qu’il va falloir se battre jusqu’à la fin du championnat. Personnellement, je pense être assez constant depuis le début de la saison, mais je peux être encore meilleur. C’est là-dessus que je me concentre pour les quatre prochains mois. »

Les Ducs d’Angers ont joué contre toutes les équipes du championnat, laquelle vous a le plus impressionnée ?

« Je pense tout de suite à l’équipe des Dragons de Rouen. Ils sont tellement bons avec le puck. C’est une équipe vraiment intelligente qui sait comment gagner. Ensuite, ont-ils des faiblesses ? Certainement, puisque l’on a déjà réussi à les battre cette saison ! »

d. Bouchard 1.2

Vous avez déjà évolué dans cinq clubs français différents (Villard-de-lans, Amiens, Épinal, Grenoble et Angers), quels sont les points communs et les différences que vous avez connus entre ses différentes équipes ?

« Parmi les cinq équipes que j’ai faites, je pense être parti en bas de l’échelle, puis je suis monté, d’année en année, avec des équipes plus compétitives, ce qui était mon objectif. Je pense que Grenoble et Amiens sont de très bonnes organisations et qu’ils prennent soin de leurs joueurs. Épinal est une ville qui vit du hockey, avec des fans incroyables. Villard-de-Lans a été ma première équipe, ils ont pris soin de moi et je leur en suis encore reconnaissant aujourd’hui ! Durant ces années, j’ai rencontré des gens vraiment biens, j’ai vécu des moments mémorables et je suis très reconnaissant de tout cela. »

Stat d.bouchard

Avez-vous un message à communiquer aux supporters des Ducs d’Angers ?

Danick BOUCHARD, sous les couleurs des Ducs d’Angers

« Premièrement, je tiens à remercier tous les supporters des Ducs d’Angers et tous les Angevins pour leur soutien, même dans les moments difficiles. J’ai énormément de respect pour les partisans (supporters), ainsi que pour nos sponsors. Merci de faire vivre le hockey sur glace à Angers. C’est maintenant à nous de vous remercier en vous offrant de grosses et heureuses émotions en retour ! A bientôt et on vous attend nombreux à la patinoire de Haras, lors de nos prochains matchs à domicile !!!

Danick BOUCHARD

Né le 2 Février 1986 à Lorraine (Québec) au Canada.

Poste : Attaquant.

Carrière professionnelle : depuis 2001.

Club actuel : Les Ducs d’Angers (depuis cette saison).

Anciens clubs :  Les Ours de Villard-de-lans, les Gothiques d’Amiens, le Gamyo d’Épinal, les Brûleurs de Loup de Grenoble.

25552959_10213089897555834_108393700_o

Crédit photos : Scott Levy/NHLI via Getty Images, Le Drakkar chl, PHOTO COURTOISIE, Guillaume Munin, Fabien BALDINO, Charlotte TACARLO, Les Ducs d’Angers / Morgan View cm.

Crédit vidéo : SPORT NET, NHL.

Impression